Restaurant japonais rue Sainte-Anne

La rue Sainte-Anne : le coeur du quartier japonais de Paris

La rue Sainte-Anne (75002) est essentiellement composée de restaurants japonais. Cela fait partie des sanctuaires de la cuisine japonaise puisque cette rue fait partie du quartier japonais de Paris et la majorité des restaurants sont tenus par des japonais. Dans ces restaurants, on peut surtout manger des spécialités populaires du Japon. Ne vous attendez donc pas à des restaurants calmes et cosy, bien au contraire, les établissements de la rue Sainte-Anne ressemble à des cantines bruyantes et souvent bondées de monde. Il est possible de se retrouver à manger au comptoir en face des cuisiniers ou à une petite table. Ici, on vient exclusivement pour ce qu’on a dans l’assiette ou dans le bol !

Restaurant rue Sainte-Anne : le paradis des nouilles

Que ce soit des ramen, des soba ou des udon, vous trouverez ces trois types de nouilles sous tout un tas de déclinaisons dans les multiples cantines de la rue Sainte-Anne.

Le plat phare de la rue Sainte-Anne : le ramen

La plat japonais que l’on peut trouver le plus facilement dans cette rue, c’est le ramen ! C’est un bol composé de nouilles et d’un bouillon de viande ou de poisson ; on y trouve aussi souvent des pousses de bambou et soja, des champignons noirs, des fines tranches de porc… Le restaurant phare de cette rue, c’est Higuma. Peu importe l’heure de la journée, vous trouverez une queue assez démotivante devant ce restaurant. Honnêtement, pour avoir testé quasiment tous les ramens que propose chaque restaurant de cette rue, la différence d’une cantine japonaise à l’autre est minime ! C’est surtout une question d’habitude. Personnellement, mon restaurant préféré, c’est Kadoya qui propose un ramen au poulet frit ou un ramen au bouillon miso ; ensuite c’est Higuma puis Sapporo Ramen.

kotteri_naritake_ramen_05

Pour ceux qui n’aiment pas les bouillons, il y a les soba

Les soba sont des nouilles plus ou moins du même calibre que les ramens (peut être un peu plus épaisse et plus élastique) qui sont très souvent au blé noir. Les restaurants de la rue Sainte-Anne vous les serviront sous la forme de yakisoba qui sont des nouilles frites. Vous trouverez tout un tas de déclinaisons en fonction des ingrédients que l’on fait frire avec les nouilles (poulet, porc, chou chinois, pousses de soja ou bambou,…). En été, il est aussi possible de manger des soba froids, c’est-à-dire que les nouilles sont refroidies puis déposées dans un bol avec un bouillon glacé (à base de bonite séchée) et des algues coupées finement. Je vous le recommande, c’est excellent ! Le restaurant phare en termes de soba, c’est Kunitoraya, mais vous trouverez des soba dans quasiment toutes les autres échoppes de la rue Sainte-Anne.

soba froid

Marre des trop classiques ramen et soba ? Optez pour les udon !

Les udon sont des nouilles à base de farine de blé qui sont d’un calibre bien supérieur au soba ou ramen (entendez par là, plus épaisses). Ces nouilles sont blanchâtres et ont la spécificité d’être assez élastiques en bouche. Croyez-moi, c’est atypique comme sensation mais très agréable ! Comme pour les soba, il est possible de manger les udon froids ou chauds avec ou sans bouillon. Les udon sont souvent accompagnés de crevettes, œuf mollet, tempura de légumes, tofu,… La référence du udon dans la rue Sainte-Anne, c’est le Kunitoraya ! Mais l’adresse planquée, le roi des udon, c’est Sanukiya !

sanukiya_kakemiso_udon_04

Pour les plus gourmands, il y a le katsudon

Le katsudon, grand bol de riz surmonté d’une escalope de porc panée enrobée dans une omelette, est un plat typique de la cuisine japonaise. L’escalope de porc panée a fini sa cuisson dans une sauce brune qui est vraiment délicieuse. Je recommande de mélanger les morceaux de porc dans le bol de riz pour que la sauce soit bien répartie dans tout le bol. C’est un régal ! Vous trouverez le katsudon dans à peu près toutes les cantines japonaises de la rue Sainte-Anne. Mon favori, c’est celui de Kadoya  ! Il est aussi très bon chez Sapporo Ramen (juste en face de Kadoya).

katsudon

Les gyoza : les raviolis japonais à ne surtout pas rater

Il est impossible de repartir de la rue Saint-Anne sans avoir dégusté les fameux gyoza. Ces petits raviolis japonais en forme de lune sont frits d’un côté. Ils sont très souvent remplis d’une farce à base de porc, ciboulette, chou vert et gingembre. On les déguste en les trempant dans de la sauce soja mélangée avec un peu de vinaigre et d’huile pimentée. Vous les trouverez dans tous les restaurants de la rue Sainte-Anne. Ils sont faits minute et c’est un peu la star de ces échoppes, même si ce n’est pas ici que vous mangerez les meilleurs de Paris (mes favoris sont les gyoza Guo Xin ou les gyoza raviolis chinois). Je vous invite à lire mon article dédié aux gyoza pour cela.

raviolis_chinois_5

Okonomiyaki et Takoyaki : les 2 plats atypiques de la rue Sainte-Anne

Vous êtes un adepte de toutes les spécialités citées ci-dessus ? Vous voulez goûter des plats japonais pas comme les autres ? Ce qu’il vous faut, c’est des takoyaki et des okonomiyaki ! Il n’y a qu’un seul restaurant japonais rue Sainte-Anne qui propose ces deux spécialités japonaises. Toute petite échoppe où l’on peut prendre à emporter ou manger sur place au 1er étage, l’Happa Tei se trouve au bout de la rue Sainte-Anne, loin de la foule des autres cantines japonaises. Pour y avoir été, le cadre est vraiment sympathique !

Les takoyaki

Les takoyaki sont des petites boules frites dans un appareil assez spécial. Si vous n’avez jamais vu comment ça se cuit, je vous recommande de regarder, c’est épatant. Les takoyaki (tako = poulpe et yaki = frit) sont donc des boules de pâte qui renferment un morceau de poulpe. Ils sont toujours servis recouvert d’une sauce BBQ et de copeaux de bonite séchée (concrètement, c’est du thon séché coupé extrêmement finement), ce qui donne un effet vivant à votre plat. En effet, la chaleur des takoyaki fait bouger les copeaux de bonite séchée qui les recouvrent. Attention, ce plat est extrêmement chaud et vous risquez de vous brûler si vous le manger d’une traite. Personnellement, j’en suis totalement addict !

Happa_Tei_takoyaki_01

L’okonomiyaki

L’okonomiyaki, c’est un mélange entre une omelette et une galette. En effet, l’okonomiyaki est composé d’une sorte de pâte à crêpe à base d’oeuf et de choux que l’on fait cuire sur une plaque chauffante (plus communément appelé teppanyaki). On rajoute ensuite d’autres ingrédients comme des tranches de porc, des fruits de mer… A la fin de la cuisson, on rajoute une sauce BBQ, de la mayonnaise et de la bonite séchée. Vous pourrez déguster cette spécialité dans 2 cantines de la rue Sainte-Anne : chez Aki, l’institution de l’okonomiyaki ou chez Happa Tei, le maître de l’okonomiyaki (le cadre est vraiment très sympa).

Happa_Tei_okonomiyaki_02

Et pour finir, le bar à tapas japonais : Izakaya

Comme pour les takoyaki, vous trouverez un seul Izakaya rue Sainte-Anne. L’izakaya est le bar à tapas japonais, c’est-à-dire que l’on déguste dans cet endroit des plats en petites portions et l’on peut y boire du saké, du shochu ou encore des bières. Vous l’aurez compris, l’endroit idéal pour se détendre après une journée de boulot. Les tapas sont aux alentours de 4€ la pièce. Je ne peux pas vous en dire plus, je ne l’ai pas encore testé !

izakaya

Rue Sainte-Anne : un lieu incontournable pour la gastronomie japonaise à Paris

Pour les fans de sushis, il y a quelques échoppes qui en propose, mais c’est loin d’être la spécialité de la rue. Je vous conseille tout de même d’y faire un tour, vous ne serez pas déçus ! Vous l’aurez compris, cette petite rue parisienne regorge de surprises et de délicieuses spécialités japonaises !

Florian Bohérout

Bonjour à tous ! Je m'appelle Florian Bohérout et je suis un bloggeur amateur passionné par la culture et la cuisine japonaise.

1 Comment

Leave a Reply