Restaurant Toyo

Cette fois-ci, j’ai décidé de vous présenter un restaurant qui fut un véritable coup de coeur. Toyo, c’est un restaurant tenu par l’ancien chef personnel de Kenzo (oui oui, le créateur Kenzo), mais c’est surtout un chef qui marie parfaitement les produits du terroir français aux méthodes et techniques de cuisine japonaise.

Restaurant Toyo : 3 ambiances pour un mariage de 2 cultures dans l’assiette

Le restaurant est situé dans une petite rue et pourrait presque passer inaperçu, alors que c’est une adresse qui vaut le détour. A l’intérieur, la déco est moderne, sobre et épuré. Le restaurant Toyo se divise en 3 ambiances. La première salle située juste après l’entrée est composée de quelques tables de 2 ou 4 personnes. Juste à droite de cette salle se trouve un long comptoir avec vue sur les cuisines (et surtout le chef en action) avec une petite dizaine de couverts. Au fond de la salle, il y a une grande table ronde. Personnellement, je vous recommande de manger au comptoir car vous pourrez voir le chef en action. Honnêtement, voir les gestes précis et la minutie du chef lorsqu’il cuit les viandes, poissons, monte les assiettes est un véritable spectacle !

Toyo : une cuisine fusion

Ici, le chef Toyomitsu Nakayama maîtrise parfaitement ce que l’on appelle la cuisine fusion : la cuisine à partir de produits français tout en utilisant des techniques et assaisonnements japonais. Vous verrez, la gastronomie japonaise est différente de la gastronomie française, car les japonais ont tendance à sublimer et mettre en avant le produit grâce à un assaisonnement et une cuisson (ou utilisation) parfaite du produit. Vous comprendrez mieux en image la particularité de la gastronomie japonaise.

Toyo : un menu midi attrayant

Mise en bouche : tartelette de caviar d’aubergine

Un caviar d’aubergine bien exécuté avec une pointe d’eau de rose et des oignons nouveaux. On peut apprécier le côté graphique de la mise en bouche.

Toyo_1

Entrée : salade de cèpes et nori / carpaccio de veau façon Toyo

Salade de cèpes et nori

J’ai opté pour cette salade qui est un mariage terre / mer très intéressant. Des cèpes légèrement snackées d’un côté, des nori croquantes de l’autre. Très peu d’assaisonnement ici pour garder le produit naturel. Excellent !

Toyo_4

Carpaccio de veau façon Toyo

Mon ami est parti sur ce carpaccio revisité. Le veau est sublimé par l’huile d’olive et les algues kombu séchées et ciselées. Rien à redire, c’est très bon aussi.

Toyo_5

Plat 1 : crevettes poêlées aux champignons et seiche / crevettes poêlées polenta et légumes

Crevettes poêlées aux champignons et seiche

Encore une fois, un accord terre mer. Les crevettes sont à peine cuites en aller retour ce qui les rend extrêmement tendres. Le bouillon est subtil et agrémente bien le plat.

Toyo_6

Crevettes poêlées polenta et légumes

Même cuisson que pour moi sur les crevettes. La polenta blanche et l’aubergine sont fondantes et s’accordent plutôt bien avec la crevette. Le bouillon est vraiment délicieux et on retrouve des saveurs typiquement asiatiques comme la citronnelle. En ce qui concerne les autres légumes, ils ne s’accordent pas trop avec le reste du plat, mais restent bons.

Toyo_7

Plat 2 : cabillaud poêlé à la sauce végétale vs faux filet du limousin, légumes du marché

Cabillaud poêlé à la sauce végétale

Mon ami a choisi le cabillaud. Il est bien moelleux et la peau du poisson est croustillante (une cuisson parfaite, même si Kei est un niveau au dessus avec son bar à la peau aux écailles frites). Personnellement, c’est comme ça que j’aime le poisson. Les légumes et l’assaisonnement montrent bien que le chef est japonais.

Toyo_8

Faux filet du limousin, légumes du marché

J’ai préféré opter pour le faux filet. Une cuisson sur plancha bleue, comme je l’aime. Le faux filet est simplement assaisonné avec du sel et une sauce légèrement acidulé. Les légumes sont des champignons de Paris, mais sous 2 formes. Un champignon cru émincé et des champignons rôtis. Un plat qui ne paie pas de mine comme ça, mais qui est tout simplement divin !

Toyo_11

Plat 3 : le fameux curry japonais

Nous étions gourmands, nous avons donc décidé de partager un plat supplémentaire à deux. Nous avons opté pour le curry japonais dont nous avions entendu d’excellentes critiques à ce sujet, soit disant le meilleur curry japonais de Paris. Je ne vais pas vous mentir qu’il était très bon, très bien exécuté, mais personnellement, je trouve que ça ne vaut pas le coup de prendre ce plat dans un restaurant de ce genre. Il est bien plus intéressant de s’orienter vers des plats plus gastronomiques. Le curry japonais, on en mange des excellents dans les cantines de la rue Sainte-Anne !

Toyo_12

Dessert 1 : tiramisu au thé vert / figue au kuzu et glace au yaourt

Tiramisu au thé vert

Le tiramisu revisité à la japonaise. C’est presque devenu un classique. Cependant, cela reste un dessert difficile à faire car le thé vert est très concentré et le dessert peut devenir très vite amer s’il est mal exécuté. Ici, l’amertume du thé vert laisse directement place au goût sucré de la mascarpone. C’est une tuerie et c’est surtout le meilleur tiramisu au thé vert que j’ai dégusté à Paris !

Toyo_15

Figue au kuzu et glace au yaourt

Ce dessert est assez simple, mais efficace. La figue est très bonne et le kuzu lui donne un aspect plus agréable à manger. On perd le côté granuleux de la figue pour avoir un côté plus fondant et lisse. La glace est très bonne et se marie très bien avec la figue.

Toyo_14

Deuxième dessert : granité passion vodka

Par chance, on nous offre le deuxième dessert. C’est un granité à la vodka et au fruit de la passion avec quelques framboises gelées. Le fruit de la passion prend clairement le dessus sur la vodka. C’est très bon et agréable. Une petite douceur parfaite pour finir ce délicieux repas, dont on ressort léger !

Toyo_16

Informations pratiques

Vous l’aurez compris, c’est selon moi une adresse hautement recommandable. Le service est de qualité, les prix ne sont pas extrêmement excessif le midi. Le premier menu est à 45€ pour mise en bouche, entrée, 2 plats et un dessert. Si l’on veut un deuxième dessert, il faut payer un supplément de 7€. Excellent rapport qualité prix pour la qualité des produits (viande du boucher star Hugo Desnoyer), des cuissons maîtrisées à la perfection et une cuisine fusion qui met en valeur les produits français à travers un assaisonnement japonais ; sans oublier le service très courtois à la japonaise et un chef très ouvert.

Le deuxième menu du midi est à 75€ et comporte 2 entrées, 2 plats et 2 desserts. Les menus du soir sont un peu plus cher, aux alentours de 85€ et 135€ selon la formule.

Adresse : 17, Rue Jules Chaplain – 75006 Paris
Métro : Vavin / Notre-Dame-des-Champs 

Florian Bohérout

Bonjour à tous ! Je m'appelle Florian Bohérout et je suis un bloggeur amateur passionné par la culture et la cuisine japonaise.

Be first to comment